shiatsu et communication non violente au Pérou

Mission AIST à Sicuani, Pérou, novembre 2018, avec Emilie et Florence

Pour cette nouvelle mission de shiatsu au Pérou à Sicuani en novembre financée par l’Association Internationale de Shiatsu Traditionnel nous avons travaillé à l’Apaine, centre de rééducation avec lequel nous avons une convention, et avec Allin Kawsay, (« Bien Vivre » en quechua) association qui anime un réseau d’ « Ecoles pour la paix », dirigée par Jean Bouquet, français vivant depuis 30 ans au Pérou.

Les matinées étaient dédiées aux séances de shiatsu avec les patients de l’Apaine, l’après-midi aux cours de shiatsu au personnel soignant de l’Apaine et aux membres de Allin Kawsay.

Le soir nous nous retrouvions dans les locaux d’Allin Kawsay pour le cours donné aux professeurs du réseau des « Ecoles pour la paix ». Entre dix et vingt professeurs ont participé à ce cours, la première semaine nous avons revu avec eux le petit protocole court de shiatsu. La deuxième semaine nous avons abordé le shiatsu assis en vue de proposer une pratique pour l’animation qui clôturait la « semaine du bien vivre » à Sicuani organisée par Allin Kawsay.

Samedi 17 novembre nous avons donné des shiatsu assis du dos sur la place de la ville, dans un flot continu de 9h à 13h. 


Shiatsu sur la place de la ville pour la fête du bien vivre

Roxana et Miguel, d’Allin Kawsay, animent une émission à Radio Sicuani une fois par semaine, aussi m’ont-ils invitée à participer à une émission de radio spécialement dédiée au shiatsu et à l’annonce de la fête du Bien Vivre et de l’animation à venir sur la grand place. J’ai abordé de manière simple le shiatsu et ses fondements théoriques en relation avec la cosmovision andine.

A Radio SIcuani avec Roxana et Miguel

Nous sommes également intervenues dans trois écoles primaires du réseau des écoles pour la paix en proposant des protocoles courts assis de shiatsu du dos avec la paume de la main. Le protocole variait selon l’âge des enfants (5 à 9 ans). Les enfants autant que les professeurs ont été très enthousiastes. Dans ces trois classes les enseignantes avaient déjà commencé un travail de massages ou auto-massages avec leurs élèves, elle sont prêtes à pratiquer ce protocole pendant la journée scolaire.

shiatsu avec les élèves de la professeur Bety, collège de Rosaspata, SIcuani

L’équipe d’Allin Kawsay est très motivée, ils sont porteurs du projet shiatsu. La transmission est déjà bien amorcée auprès des professeurs, qui le transmettent eux-mêmes à leurs élèves. Les notions de toucher bienveillant et respectueux intrinsèques au shiatsu s’inscrivent pleinement dans la démarche des écoles pour la paix qui s’appuie sur des outils de communication non violente.

Cet article a été publié dans shiatsu au Pérou. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.